La recons à la télé

Espace de libre discussion.

Re: La recons à la télé

Messagede Hengist » Mer Juin 09, 2010 6:22 am

oulà super interessant mais j'ai pas le temps d'intervenir dans le débat! :cry:
Hengist
 

Re: La recons à la télé

Messagede Sven » Mer Juin 09, 2010 7:19 am

Warulfe Garoux a écrit:Je suis d'accord avec toi quand tu dis que dans la majorité nous ne sommes pas historien et donc que notre interprétation n'est pas parfaite.
je vais parler en mon nom.
J'essaie de faire de la reconstitution. Je me trompe ou me tromperai probablement sur l'interprétation de certaines sources car ce n'est pas mon métier mais un hobby. Comme on dit à chacun son métier, si les personnes sont historiens, archéologues ou autres c'est qu'ils ont réussi les examens correspondants à leur fonction et ils méritent leur titre.
Là où je veux en venir, c'est que pour beaucoup d'entre nous, du moins sur ce forum, nous cherchons un peu plus loin que l'enluminure. J'ai un budget livre annuel équivalent au budget matériel. Je ne me contente jamais d'une seule source. Je croise les enluminures, les textes et les pièces archéologiques, quand ces dernières existent. Parfois je suis obligé de faire de l'interprétation et franchement je préfèrerai trouver les infos. Je suis limité dans mes recherches, comme tu as pu le constater avec le décès de Pépin d'aquitaine, je ne parle pas le latin. J'ai donc dû me fier à une traduction qui n'a pas l'air d'être bonne. Ce n'est pas que je ne veux pas faire mieux, que ce que je présente aujourd'hui, mais mes connaissances intellectuelles limites mes recherches. J'ai mis des textes à traduire depuis 6 mois, je cherches quelqu'un pour le faire et je suis près à payer, personnes n'a répondu à ma demande. Ce n'est donc pas un manque de curiosité intellectuelle mais bien de capacité qui bloque mes recherches.
Alors justement messieurs les historiens, archéologues et autres chercheurs, aidez la reconstitution à sortir de ces chemins de traverse. De même lorsque vous publiez, augmentez un peu les tirages que nous ne nous retrouvions pas avec des ouvrages introuvables, parce que épuisés et non réédités. :bisou:

Il va de soi que le but de mon message n'était pas de stigmatiser et je ne demande à personne de se justifier. Cela dit, ton cas est assez "intéressant". Ça fait un bon moment que je constate que ta démarche est vraiment excellente et je te rassure mais ce serait beau si tous les étudiants en histoire avaient ta démarche...
Ensuite le gros problème des "amateurs" c'est le manque d'accès aux ouvrages, aux sources, mais ça tu peux rien y faire... même quand tu es en doctorat, il faut des procédures interminables pour avoir le droit de consulter certains manuscrits!

Quant au rapport entre reconstituteurs et monde de la science... c'est assez délicat. Les archéologues (et certains historiens) collaborent avec des musées, à ce titre d'ailleurs je pense que le nom du MI n'est justement pas un hasard, je me trompe? C'est délicat parce qu'un musée a une démarche parfois bien différente d'un reconstituteur. Le musée rapproche des éléments qui ont une provenance commune (le MI dont vous faites parti reconstitue bien des tombes précises), alors que les reconstituteurs vont regrouper des éléments disparates pour rendre un personnage vivant "on pourrait imaginer que j'ai une boucle de ceinture Gotland et une fibule Birka parce que mon personnage est un commerçant bla bla bla", tout ça n'entre pas en ligne de compte dans un musée à mon avis (mais je peux me tromper). Notons également que les musées proposent leur propres reconstitutions, et pour avoir vu des reconstitutions de scandinaves du Xe d'universités suédoises en collaboration avec des musées, c'est souvent assez différent de ce que font les reconstituteurs, et à ce titre, pas forcément plus réaliste d'ailleurs.

Mais toute reconstitution est un proposition, une hypothèse, elle doit être prise comme telle. Donc inutile de sauter à la gorge de quelqu'un parce que son col est rond ou carré par exemple. Ce qui est bien plus intéressant c'est la démarche, la discussion... et ce qui intéresse les archéologues ce sont plus les protocoles et l'archéologie expérimentale.

En outre, un élément vient encore troubler le débat, c'est la guerre archéologues/historiens, l'un étant de façon caricaturale plongée dans ses fouilles et l'autre dans ses textes... Je dit bien de manière caricaturale. Je me suis par exemple encore pris la tête la semaine dernière avec des étudiants en archéologie qui m'ont encore sorti les clichés de l'historien qui sort pas de son texte et autres absurdités de cet accabi... mais fort heureusement les reconstituteurs ne sont pas trop dans cette querelle de clocher. Mais ils doivent composer entre des rapports de fouille et des ouvrages d'histoire qui n'ont pas forcément été mis en lien.

Là où c'est intéressant, c'est de savoir ce qu'on cherche à transmettre en tant que reconstituteur? Transmettre une vérité matérielle? Passer un goût des temps anciens? Instruire? Tout le monde a-t-il vocation à être un "passeur" d'histoire au risque de devenir un passeur de mémoire?

L'histoire (et l'archéo) existe depuis au moins 150 ans... et a su se passer de la reconstitution. L'inverse en revanche n'est pas possible, enlevons les scientifiques et il n'y aura plus de reconstitution possible. C'est donc bien aux reconstituteurs de se trouver leur place et non aux institutions de s'adapter à ces passionnés d'un genre nouveau. En varègue (je parle de ce que je connais désolé de sortir toujours des exemples extérieurs aux francs), Dan Carlsson est à la foi à la tête d'une association (Fröjel) et à la fois professeur d'université (Gotland)... On peut difficilement faire "mieux".

Inversement, l'énorme qualité de la reconstitution c'est de permettre la reproduction et justement à ce titre, les reconstituteurs sont clairement plus compétents lorsqu'il s'agit de reproduire une maison, un navire, ou d'autres éléments que ne le serait un professeur d'université qui sort pas de son bureau. C'est pour ça que je fais parti de ceux qui souhaiterait plus de réglementation et de transparence pour que tout le monde s'y retrouve, public, enseignants, universitaires, troupes entre-elles. Personne n'oblige une asso à quoi que ce soit, tout le monde a le droit d'avoir un hobby et d'y consacrer du temps sans prétendre à faire le travail d'un professionnel. Mais que n'importe qui utilise le label officieux "reconstitution historique" alors qu'il est clair qu'il existe de gros écarts entre les assos, là ça commence à poser problème.
Secrétaire de l'association "La Lance d'Airain", Sailly sur la Lys (62)
Avatar de l’utilisateur
Sven
 
Messages: 242
Inscription: Jeu Jan 08, 2009 11:30 pm
Localisation: Lille/Rijsel

Re: La recons à la télé

Messagede Corwinna » Mer Juin 09, 2010 9:36 am

Mais euh !!! Les cols carrés, c'est un excellent exemple de mauvaise lecture d'enluminure, d'abord ! ;)
Et d'ailleurs, bon exemple de l'intérêt de la reconstit : si j'avais pas fait mes expériences costumes, j'aurais peut être envisagé que ce col pût être possible, alors qu'il s'agit juste d'une question de plissé :mrgreen: Et d'une question de lecture d'images.
Ne parlons pas des incohérences de statut. Là aussi, lecture d'image, recoupement des objets (ben vi, certains tissus, certaines décos, sont réservées, et il faut souvent se battre pour faire admettre ça à ceux qui veulent à tout prix porter ceci cela. ). Et alors les bijoux... Damned, là, j'ai des boutons, et d'ailleurs, je dois filer chez le dermato !
J'avoue d'ailleurs que depuis que je fais de la reconstit, je n'ai plus, en tant que prof d'histoire de l'art et d'histoire du bijou, la même approche des objets lors de mes cours. Le fait d'avoir "mis les mains dedans", ça change pas mal la donne.
D'ailleurs, à ce sujet, je me rends compte d'un truc très marrant : à de rares exceptions près, les bouquins d'histoire de l'art m'emm...... (Oui, c'est dit...). Ils participent rarement à la compréhension réelle des oeuvres (vivent Baxandall, Steinberg, Panovsky, Kanto et Wirth !). Or, je n'ai jamais autant appris sur la peinture du XVème (et avant) que lorsque j'ai essayé de décortiquer les tableaux de Burne-Jones. Pas mal pour un artiste du XIXème. Ce qu'il a fait, c'est de la reconstit... Avec une démarche de la mort qui tue ! Alors, en apparence, le résultat épahisto (et pourtant, il est utilisé dans le cinoche :lol: Ne lui jetez pas la pierre, voyons). Mais, dans les faits, ça l'est parce que ses tableaux fonctionnent comme des oeuvres anté concile de Trente. Il n'a rien écrit, mais, il a fait les bouquins qui expliquaient le mieux cet art (sous un emballage "fantaisiste" alors qu'il avait toutes les connaissances pour faire de l'histo), au niveau technique, et signification (ce qui explique pourquoi Môssieur le plus grand spécialiste auto-proclamé de ce peintre me hérisse, parce qu'utiliser la symbolique victorienne du langage des fleurs là où il faut utiliser la médiévale pour analyser une oeuvre relève de la stupidité pure, alors que la correspondance de BJ elle même indique que la médiévale est la bonne...), mais ces bouquins sont des tableaux. Qui éclairent magistralement l'art de Mantegna and co.
Sinon, je suis comme Warulfe : pas latiniste. Je dois donc me fier aux bouquins. Pour mes dernières recherches, j'ai comparé les traducs anglaises et allemandes d'un même texte pour arriver à mes propres conclusions. Une méthode comme une autre, mais, dans le doute, je préfère ce genre de recoupements.
Au MI, on ne fait pas qu'une tombe, puisque la partie caro est plus ouverte. Mais, on essaie de garder une certaine cohérence. Perso, je fais du lotharingien, et je me base essentiellement sur Richilde, qui est de ce secteur (mais, je me mets un degré en dessous :lol: ). Les enlu sont une bonne base, mais pas la seule, comme le dit notre Burgonde à nous.

Le principal, en matière de reconstit, à mon sens, est de savoir ce qu'on fait, et pourquoi on le fait, en se basant sur les sources qu'on a. L'analyse est primordiale, et là, faut un minimum de démarche. Manque de bol, pour un bon reconstituteur, on en a 20 qui sont subventionnés par le Ministry of Silly Walks... (Et je crois que je suis généreuse...)
Image No to No but yes to Nau.Image
Moi je suis chiante, et ça se voit :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Corwinna
 
Messages: 709
Inscription: Jeu Mar 19, 2009 11:53 am
Localisation: Austrasie, en haut, à droite après le beau sapin.

Re: La recons à la télé

Messagede Sven » Mer Juin 09, 2010 9:56 am

Je suis absolument en accord, c'est pour ça que je cite Dan Carlsson comme exemple qui est chercheur ET reconstituteur, mais tu auras bien vu que mon message avait une portée générale... Et Dan Carlsson lui même rend hommage aux qualités des reconstituteurs, mais il est en Suède: mentalité différente, organisation différente du monde de la reconstitution, de la recherche, etc...

Je souscris d'ailleurs à ta conclusion: "Le principal, en matière de reconstit, à mon sens, est de savoir ce qu'on fait, et pourquoi on le fait, en se basant sur les sources qu'on a. L'analyse est primordiale, et là, faut un minimum de démarche."

A ce titre j'envisage dès que j'aurais le temps à reprendre mes costumes de A à Z.
Secrétaire de l'association "La Lance d'Airain", Sailly sur la Lys (62)
Avatar de l’utilisateur
Sven
 
Messages: 242
Inscription: Jeu Jan 08, 2009 11:30 pm
Localisation: Lille/Rijsel

Re: La recons à la télé

Messagede Adon » Mer Juin 09, 2010 10:06 am

Le point de vue des historiens est beaucoup plus hésitant que vous le croyez. Et certains problèmes abordés par la reconstitution nous intéressent et intéressent aussi certainement encore davantage les archéologues.
Pour ce qui est des ouvrages, contrairement à ce qu'on croit la Bibliothèque nationale (et non "universitaire") ne refuse pas l'accès à un citoyen si sa demande est motivée et tient la route.
Il ne faut pas avoir de complexes mais faire son travail sérieusement et il n'est pas interdit non plus d'y prendre du plaisir !
Reste le problème du latin. Une traduction ne rendra JAMAIS le sens exact d'un texte même si elle aide à comprendre. D'ailleurs, la proximité naturelle des langues doit à mon avis beaucoup à la pertinence des analyses des historiens italiens qui savent mieux percevoir les subtilités de la langue latine (l'ironie par exemple) qui échappent souvent aux anglo-saxons. Le latin cela s'apprend à tout âge. D'autant que celui des chartes est simple. J'ai un ami qui a fait son mémoire de maîtrise sur les polyptyques en l'étudiant parallèlement.
Le problème du haut moyen âge est surtout que la bibliographie est essentiellement allemande mais c'est toutefois moins vrai depuis quelques décennies.
Adon
 
Messages: 67
Inscription: Lun Aoû 18, 2008 9:24 am

Re: La recons à la télé

Messagede Sven » Mer Juin 09, 2010 10:38 am

Certes, mais au-delà de la réalisation (j'ai bien dit que les historiens, archéologues et musées étaient également perfectibles dans ce domaine), à la base c'est plus la médiation du savoir et le conflit entre histoire et mémoire qui me pose problème. Et derrière cela la question de la légitimité...

Moi le premier je suis pas latiniste, encore moins germanophone et je suis le premier à dire que mes costumes sont largement à revoir. :mrgreen:
Secrétaire de l'association "La Lance d'Airain", Sailly sur la Lys (62)
Avatar de l’utilisateur
Sven
 
Messages: 242
Inscription: Jeu Jan 08, 2009 11:30 pm
Localisation: Lille/Rijsel

Re: La recons à la télé

Messagede Faera » Mer Juin 09, 2010 10:43 am

L'histoire (et l'archéo) existe depuis au moins 150 ans... et a su se passer de la reconstitution.


C'est sur... Mais est-ce que ça va pouvoir continuer longtemps ? Je veux dire (et je parle en connaissance de cause) que les sciences humaines d'une manière générale, sont plutôt en mauvaise posture...Elles n'arrivent pas à se faire entendre,à montrer qu'elles ont une utilité (pour le dire rapidement) (ou peut-être aussi qu'elles n'en ont pas envie, mais là, c'est un autre débat...). Alors peut-être que la reconstitution et l'histoire vivante peuvent être un moyen de présenter les recherches, de faire sortir les sciences de leur labo/bureau/bouquin...
A mon avis, les échanges ne peuvent être que bénéfiques, et pour les deux parties...
Parce que des archéos qui râlent parce que des reconstituteurs font n'importe quoi, il y en a.. Seulement, ils sont les premiers à refuser de donner un coup de main... Les reconstituteurs ne sont pas là pour remplacer les archéos ou les historiens et je pense qu'il est temps que la recherche arrête de se regarder le nombril et commence à voir qu'elle peut travailler avec d'autres personnes.. :wink:

Edit : désolée pour la digression de sujet :mrgreen:

Et pour le rapport en histoire et mémoire, je pense qu'il y a deux niveaux, pas forcément incompatibles, mais qu'il faut effectivement bien les distinguer ...
Avatar de l’utilisateur
Faera
 
Messages: 184
Inscription: Dim Avr 27, 2008 10:52 pm

Re: La recons à la télé

Messagede Jacques » Mer Juin 09, 2010 10:57 am

Discussion vraiment passionnante.
Et j'abonde tout ce qui a été écrit par Sven, Warulfe, Corwi et al.
Dans mon cas l'histoire (et la reconstitution) est un loisir, qui tend à devenir une passion, mais je cherche à avoir la même démarche dans ce loisir que dans mon travail de recherche en biologie. Donc de la rigueur, des sources écrites (pas mal de rapport de fouilles, très-trop peu de textes historiques) et matérielles, de l'expérience et au final une remise en question constante. Remise en question d'autant plus importante que dans notre collectif les échanges sont très constructifs et se font dans une ambiance générale propice à l'élaboration collective, et qu'à un moment on imagine un truc, on le fait et on adapte son idée en fonction des contraintes, et un instant plus tard, par la discussion on se rend compte que ce qu'on a confectionné n'est sans doute pas convenable. Par exemple, encore les questions de col : mon col en V pour faire comme dans le Stuttgart 58 (29v) et pour faire passer ma grosse tête pleine de poils, mais après lecture de la remarque de Corwi et une réanalyse des cols des tuniques, j'ai bien dû me rendre à l'évidence : les cols en "V" n'apparaissent que sur les tuniques longues et non ou peu ornées des barbus "vénérables" et autres prophètes, alors que les tuniques courtes ornées de grandes et grosses appliques des hommes normaux (laïcs quoi) ont des cols ras-du-cou. Alors comment faire pour corriger mon costume et y faire passer ma grosse tronche ? L'hypothèse formulée par Agarwaen-notre-chef d'un amigaut sur l'épaule fermé par une agrafe est séduisante, mais lorsque j'en ai parlé au conservateur du musée de Lagrave il m'a fait remarqué qu'à l'époque carolingienne l'inhumation ne se fait plus habillée mais nue, le corps juste enveloppé dans un suaire (dont on n'a pas retrouvé de trace) éventuellement fermé par une agrafe (qu'on a retrouvée) sur l'épaule ou la poitrine.
Alors là se pose une question que ni l'archéologie, ni l'histoire bibliographique ne peuvent m'aider à résoudre, et je suis contraint de faire une proposition de reconstitution de costume pour coller à ma morphologie. Pour l'instant le V et plus tard sans doute l'agrafe (mais pour un autre costume). En attendant je cache la misère avec mon manteau comme sur le Stuttgart 1(1r) et suivants.
[url=http://taranis-francorum.over-blog.com/]Image
Avatar de l’utilisateur
Jacques
 
Messages: 319
Inscription: Lun Oct 06, 2008 9:11 am

Re: La recons à la télé

Messagede Warulfe Garoux » Mer Juin 09, 2010 12:42 pm

Il va de soi que le but de mon message n'était pas de stigmatiser et je ne demande à personne de se justifier. Cela dit, ton cas est assez "intéressant".

Je peux me coucher sur le divan? :lol:
Plus sérieusement, tu as soulevé un vrai problème et j'ai saisie la balle au bond pour faire passer un message. :mrgreen:
C'est marrant par contre la différence de points de vue sur cette émission d'un forum à l'autre. :lol:
Ici nous sommes plus réservé sur l'impact visuel qu'elle donne de notre loisir. Sur d'autres, c'est la super émission qui a remis la reconstitution à sa juste place. :roll:
Pour en revenir à la reconstitution
le MI dont vous faites parti reconstitue bien des tombes précises), alors que les reconstituteurs vont regrouper des éléments disparates pour rendre un personnage vivant "on pourrait imaginer que j'ai une boucle de ceinture Gotland et une fibule Birka parce que mon personnage est un commerçant bla bla bla",

Oui pour la première partie qui s'inscrit dans le projet "Litus" bien défini par une zone géographique.
Pour les autres projets comme "Aula Palatina" Chaque membre choisi sa zone géographique et essaie de reproduire en fonction des sources régionales un personnage correspondant à cette zone.
Exemple: Moi zone bourgogne, pas de boucle de ceinture retrouvée aucune de visible sur les enluminures, mon personnage n'aura pas, jusqu'à preuve du contraire, de boucle de ceinture et ce même pour le baudrier. Par contre il existe des systèmes d'attaches, sans boucle même pour le cuir, visible sur les enluminures.
J'ai la chance d'avoir dans ma zone le musée Denon de Chalon sur Saône. Je m'entends très bien avec la conservatrice qui m'ouvre, quand je le souhaite, les réserves pour admirer de près les pièces qui m'intéresses. Au niveau épées, pointe de lances et autres matériels militaires je suis largement comblé. Bref même si les inhumations n'existent plus, il est tout de même possible de faire une reconstitution en régionalisant les sources. Celas demande plus de travail et prend plus de temps, mais évite le clonage trop fréquent dans notre milieu.
Warulfe Garoux
 

Re: La recons à la télé

Messagede Corwinna » Mer Juin 09, 2010 4:06 pm

Surtout que le clonage ne donne pas forcément des choses cohérentes. Désolée de dire ça à ceux qui font aussi du XIème, mais... Les fibules de l'Empire sont de style impérial. Il y a très certainement des thèmes, un vocabulaire, qui lui est propre. Les zosiaux de Gisèle, je ne les connais pas ailleurs (enfin, si, en Inde, et plus tard :lol: Eh oui, influ orientale assez forte en Allemagne. Bien plus qu'à l'Ouest, où, même si on a des étoffes du même type que ce qui circule abondamment dans l'Empire -linceul d'Edouard le Confesseur, par exemple- il y en a moins, et donc, moins de modèles, là, on retombe sur une super élite.) Et les retrouver sur du Normand ou de l'Angevin, ben, quelque part, ça me paraît franchement incohérent. Idem pour les décorations de vêtements. Le clonage fait que non seulement on copie des trucs archi faux, mais qu'on peut aussi se retrouver avec des objets qui n'ont rien à faire là. Et on ressort la vieille excuse du commerce, du souvenir de pillage, de vacances, etc, etc... Mais, avant de les arborer, autant se préparer un kit correct pour son coin. (Quoique les expériences du Musée Itinérant montrent qu'on peut trouver de tout dans une tombe. :lol: Mais, la tombe, c'est sûrement la réunion des objets préférés et les plus précieux. Dans la vie de tous les jours, qui nous dit que ces objets étaient portés constamment ? Arégonde n'avait-elle qu'une paire de boucles d'oreille ? Elle a vécu vieille la dame, et j'ai du mal à imaginer, en tant que fan de ce bijou, qu'elle n'en ait eu qu'une paire. Le trésor impérial trouvé à Mayence, qu'il soit à Théophano, Gisèle ou Agnès, comporte bien plus de fibules et de BO que ce qu'on peut porter en une fois !)
J'ai, d'autre part, et après concertation avec ma binômette, complètement revu l'histoire des capes demi-circulaires pour nénettes au XIème. Ok, si on s'appelle Cunégonde, qu'on est impératrice, et dans un contexte sacré. C'est comme la chlamyde de l'impératrice de Byzance. Vêtement d'homme ET d'impératrice. That's all. Pour Byzance, on le sait, pour l'Empire un peu plus à l'Ouest, on vient de piger. Mais... Il y en a des manteaux demi circulaires qui se promènent en reconstit XIème (et avant, certainement), tout cela parce qu'on a le témoignage archéo de Cunégonde. Seulement, on compare avec les enlu, et là... Pas une femme avec un manteau (sauf s'il couvre la tête). Chape, chape, chape...
Or, avec le clonage, ben... On se sent bien seules avec nos chapes, au milieu des manteaux.
Et en prime, il y en a qui disent que les ptits mickeys, faut pas s'en servir comme source :lol: Ceux là, fort à parier qu'ils applaudissent des 2 mains (si vous le voulez bien) devant des capes demi-circulaires féminines qui sont en fait de magnifiques accessoires playmos :mrgreen:
Image No to No but yes to Nau.Image
Moi je suis chiante, et ça se voit :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Corwinna
 
Messages: 709
Inscription: Jeu Mar 19, 2009 11:53 am
Localisation: Austrasie, en haut, à droite après le beau sapin.

Re: La recons à la télé

Messagede agarwaen » Mer Juin 09, 2010 5:36 pm

Il y a un point qui n'a pas été abordé jusqu'à présent dans le débat, qui est celui qui me pose le plus problème : à savoir l'ingérence du moraliste dans le travail de l'historien au travers du "devoir de mémoire". Il me semble que lorsqu'on reconnait un devoir de mémoire, on renonce à l'esprit critique et à la remise en question permanente qui fondent le travail de l'historien et de l'archéologue, au profit d'un normativisme moraliste incompatible avec ces deux qualités.

Aussi je comprends la démarche de l'asso 1ère GM présentée dans le reportage, et son intérêt, mais il y a une ligne rouge à ne pas franchir, faute de quoi on n'est plus dans la reconstitution historique.
"You can get more with a nice word and a sword than you can with a nice word." (Alarik Capone, en l'an 507)
Avatar de l’utilisateur
agarwaen
Site Admin
 
Messages: 759
Inscription: Mer Oct 31, 2007 12:31 am
Localisation: Maisons-Alfort (94)

Re: La recons à la télé

Messagede Warulfe Garoux » Mer Juin 09, 2010 5:46 pm

Corwi ma puce, restons dans le schéma général de la reconstitution. Le débat a commencé avec le documentaire et les arguments qui en ont découlé. Je trouve super intéressant de pouvoir enfin discuter des problèmes que chacun rencontre dans l'accession et la compréhension des sources, qu'elles soient littéraire, archéologique, problème de langue et de traduction. :mrgreen:
Nous avons sur ce forum, un gros potentiel de connaissance, entre les historiens et des archéologues aussi je crois? Et toi pour la compréhension des enluminures. :bisou:
Warulfe Garoux
 

Re: La recons à la télé

Messagede Adon » Mer Juin 09, 2010 6:09 pm

Si on en revient en latin attention de bien employer le dictionnaire de latin médiéval de Niermeyer (Mediae latinitatis lexicon minus) bilingue anglais / français et pas le bon vieux Gaffiot (même si parfois il est bon de ne pas complètement oublier le sens classique des mots). Le problème si on ne connait pas le latin c'est qu'il faut retrouver la forme nominative des substantifs et l'infinitif des verbes pour s'en servir.
Comme je le disais il n'est jamais trop tard pour apprendre. Un bon manuel de débutant. Une demi heure par jour assis en terrasse ou dans les transports en commun et au bout de quelques mois vous pourrez traduire au moins les termes qui vous intéressent. Apprendre une langue comme un adulte (motivé) n'a rien à voir avec nos expériences de collégiens (je détestais le latin). Et ca fait travailler la tête !
:wink:
Adon
 
Messages: 67
Inscription: Lun Aoû 18, 2008 9:24 am

Re: La recons à la télé

Messagede Sven » Mer Juin 09, 2010 6:16 pm

agarwaen a écrit:Il y a un point qui n'a pas été abordé jusqu'à présent dans le débat, qui est celui qui me pose le plus problème : à savoir l'ingérence du moraliste dans le travail de l'historien au travers du "devoir de mémoire". Il me semble que lorsqu'on reconnait un devoir de mémoire, on renonce à l'esprit critique et à la remise en question permanente qui fondent le travail de l'historien et de l'archéologue, au profit d'un normativisme moraliste incompatible avec ces deux qualités.

Aussi je comprends la démarche de l'asso 1ère GM présentée dans le reportage, et son intérêt, mais il y a une ligne rouge à ne pas franchir, faute de quoi on n'est plus dans la reconstitution historique.

Absolument! C'est d'ailleurs sur ce cas que je parlais de la confusion entre histoire et mémoire... Ici encore les protocoles sont largement contestables et les finalités sortent du cadre de l'histoire.
Secrétaire de l'association "La Lance d'Airain", Sailly sur la Lys (62)
Avatar de l’utilisateur
Sven
 
Messages: 242
Inscription: Jeu Jan 08, 2009 11:30 pm
Localisation: Lille/Rijsel

Re: La recons à la télé

Messagede Corwinna » Mer Juin 09, 2010 6:28 pm

Warulfe Garoux a écrit:Corwi ma puce, restons dans le schéma général de la reconstitution. Le débat a commencé avec le documentaire et les arguments qui en ont découlé. Je trouve super intéressant de pouvoir enfin discuter des problèmes que chacun rencontre dans l'accession et la compréhension des sources, qu'elles soient littéraire, archéologique, problème de langue et de traduction. :mrgreen:
Nous avons sur ce forum, un gros potentiel de connaissance, entre les historiens et des archéologues aussi je crois? Et toi pour la compréhension des enluminures. :bisou:


Mais moi j'aime bien les zexemples concrets :lol: et les exemples qu'on crée... Sans parler des exemples cons créés... :badking:
Image No to No but yes to Nau.Image
Moi je suis chiante, et ça se voit :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Corwinna
 
Messages: 709
Inscription: Jeu Mar 19, 2009 11:53 am
Localisation: Austrasie, en haut, à droite après le beau sapin.

PrécédenteSuivante

Retourner vers La taverne

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron