Info sur les guildes

Discussions sur la période carolingienne.

Info sur les guildes

Messagede gregory » Mar Juil 20, 2010 10:45 am

Bonjour,

Si quelqu'un à des infos de première main sur les guildes en Europe médiévale, surtout pour le monde germanique et anglo-saxon (documents originaux ou bien articles, études).

Autres termes qui m'intéresse et appartiennent au même réseau sémantique:

- confrérie
- hanse
- compagnonnage


Un grand merci à vous :)
gregory
 

Re: Info sur les guildes

Messagede agarwaen » Mar Juil 20, 2010 9:50 pm

Rien de première main, désolé.
Régine Le Jan évoque brièvement le sujet dans «La société du Haut Moyen-Âge». Il y a peut-être quelque chose dans la biblio ?
"You can get more with a nice word and a sword than you can with a nice word." (Alarik Capone, en l'an 507)
Avatar de l’utilisateur
agarwaen
Site Admin
 
Messages: 759
Inscription: Mer Oct 31, 2007 12:31 am
Localisation: Maisons-Alfort (94)

Re: Info sur les guildes

Messagede gregory » Mer Juil 21, 2010 10:53 am

Eh non, j'ai déjà cherché :(
Et son travail reste de seconde importance pour mon problème.

En fait, je commence à me rendre compte que personne n'a tenu compte de ce problème des guildes en France ou dans d'autres pays (sauf pour l'Allemagne : O.G. Oexle, pour la France : E. Coornaert & pour l'Angleterre : A. Gautier).
Donc je me crée ma propre base de donnée, en étandant aux confréries, compagnonnage, fraternités jurées, hanses, trustes et comitatus, communautés paysannes.

C'était juste pour savoir. Il existe plein de sources carolingiennes sur les guildes, les plus connues étant :
- Capitulaire de Herstal de 779,
- Capitulare missorum de 821,
- Capitualaire de Ver de 884.

Ensuite pour mon domaine de prédilection, je possède les statuts des deux plus célèbres guildes norvégiennes.

Bref, c'était juste pour savoir si vous aviez rencontré au cours de vos recherches ces guildes. Vu que vous potassez plus de documents carolingiens que moi, ça aurait pu arriver :wink:

A fortiori, je compte publier un ouvrage sur le compagnonnage et les guildes, en parallèle à mon doctorat.
gregory
 

Re: Info sur les guildes

Messagede Quentin » Mer Juil 21, 2010 6:08 pm

Cool je viens d'apprendre quelque chose je pensais que les guildes apparaissaient entre le 12ème et le 13ème siècle :lol:
Image
Avatar de l’utilisateur
Quentin
 
Messages: 720
Inscription: Mar Sep 01, 2009 9:55 pm
Localisation: Belgique, Louvain-la-Neuve

Re: Info sur les guildes

Messagede gregory » Mer Juil 21, 2010 6:18 pm

Ben on a deux écoles qui s'affrontent :

- une école ferait remonter les associations de fraternité jurée et de convivium (banquet) à l'antiquité germanique (païenne);
- une école ferait remonter ces mêmes associations à l'ecclesia et plus principalement aux collegia romaines, réappropriées par les clercs de campagne, puis par les élites locales au haut Moyen Âge.

Donc ces deux types d'associations puisent leurs sources en pleine antiquité. Mais l'institution avec ses statuts précis n'apparaît que plus tard (post-caro).
gregory
 

Re: Info sur les guildes

Messagede Quentin » Mer Juil 21, 2010 9:25 pm

Donc ça va je n'ai pas appris grand chose il s'agissait plus d'un problème de vocabulaire. Pour moi effectivement avant le 12ème il existe bien sur des associations, des systèmes de clientélisme (comme dans la tradition romaine ou germanique), à Rome il existe déjà des associations de corporations de métiers ça je sais également. Mais pour moi (et je me trompe peut-être) ça n'a rien de comparable intrinsèquement avec les guildes médiévales qui ré-émergent à partir du 12ème.

Quand aux associations contrôlées par des prêtres ou même des laïcs durant le haut moyen-âge il s'agit plus de sortes de criminalités organisées, il s'agit plus de chef de bande locaux faisant régner un racket organisé que vraiment une association de type mercantile comme on le verra plus tard. On a assez bien d'exemples de personnes de se type dans la Lotharingie et ça jusqu'au 10-11ème siècle, ce que je trouve particulier c'est que ces personnes qui étaient des chefs de bandes une foi passé un certain âge se recyclent en père abbé et fondent une ou plusieurs abbayes (je pense à l'exemple de l'abbaye de gembloux qui a été fondée par un rejeton d'une grande famille noble après qu'il ait vécu une vie de ... Enfin je trouve pas de mot jusque environ ses 35 ans mais ça varie selon les sources), on a quelques autres exemples. Mais quoi qu'il en soit je considère ça comme hors-propos car ces groupes ne sont pas des guildes.

Au haut moyen-âge pour moi les seuls que l'on pourrait éventuellement (mais encore à prendre avec des pincettes) ce serait les familles de marchands comme les Rhadanites qui rassemble un semblant de corporation marchande, mais peut-on vraiment considérer ça comme une corporation un système où c'est une seule famille qui gère l'essentiel d'un commerce, et que tous leurs clients (au sens ancien du terme) ne sont que des "employé" tout au plus sans vraiment de capacité de gravir des échelons.

Non honnêtement sauf si tu as des exemples très précis où il existerait des corporations de métiers ou guildes je n'y crois pas trop du côté germanique antique, pour Rome éventuellement je peux comprendre même si le système n'est pas tout à fait pareil, et pour tout le haut moyen-âge je n'y crois pas trop non plus. Par contre pour la Grèce antique là ce serait possible aussi, mais ça demande des sources aussi.
Image
Avatar de l’utilisateur
Quentin
 
Messages: 720
Inscription: Mar Sep 01, 2009 9:55 pm
Localisation: Belgique, Louvain-la-Neuve

Re: Info sur les guildes

Messagede gregory » Jeu Juil 22, 2010 1:37 pm

Merci de ta réponse Quentin :D Je vois que tu es culturé :wink:

Quentin a écrit:il s'agissait plus d'un problème de vocabulaire. Pour moi effectivement avant le 12ème il existe bien sur des associations, des systèmes de clientélisme (comme dans la tradition romaine ou germanique), à Rome il existe déjà des associations de corporations de métiers ça je sais également. Mais pour moi (et je me trompe peut-être) ça n'a rien de comparable intrinsèquement avec les guildes médiévales qui ré-émergent à partir du 12ème.


Ce que tu décris s'inscrit tout à fait dans une démarche d'école française :
Emile Coornaert, Des confréries carolingiennes aux guildes marchandes, dans Mélanges d'histoire sociale, II, 1942, 5-21.
Emile Coornaert, Une question dépassée, l'origine des communautés de métier ?, dans Revue d'histoire du droit, 1952, p. 1-10.

Cet auteur suppose qu'il existerait une continuité voire une mutation (et non transition) entre les confréries jurées (unies par serment) de l'époque carolingienne (héritières des fraternités jurées que je décrivais plus haut, de l'Antiquité romaine) et ce qui deviendra les guildes médiévales, fondées sur une profession (que ce soit les marchands autour de la mer du Nord & de la Baltique, ou bien les compagnonnages de métier: charpentiers, forestiers, tailleurs de pierres, et autres groupes de "maçonnerie opérative").

Le seul problème vient comme tu le remarques de la terminologie (l'origine de "ghilde" est vraisemblablement gothique, dialecte germanique septentrional de l'est). C'est pourquoi il est intéressant d'aborder le problème par le monde scandinave. On a eu une sorte de superposition d'usages païens (la cérémonie de la fraternité jurée, fóstbræðarlag, pour ceux qui connaissent + la libation). Les ghildes sont définies comme une société (universitas), fondée à la fois sur le banquet cérémoniel (la libatio/le convivium) et le serment (conjuratio). On a donc des réunions de ces groupes à des dates précises du calendrier (notamment le jour de célébration du saint-patron de l'organisation), qui donnent l'occasion d'agapes. Voilà à quoi ressemblent les ghildes.
Première question: pour quelles raisons, ces relations de type horizontale (à priori), se sont constituées ?
- Ce phénomène est lié à l'émergence d'un phénomène que l'on connait bien pour l'Occident : le développement de la communauté paysanne, communauté villageoise ou rurale. C'est l'esprit de solidarité & de voisinage qui entre en ligne de compte.
- Un besoin de fraternité, solidarité et soutien pour des questions touchant le "bon vivre ensemble" (mesures concenrnant les questions d'assurance: en cas d'incendie, de famine, de naufrage, ou de danger extérieur à la commune).

Deuxième question: Comment est-on passé d'une communauté d'association paysanne à une communauté d'association corporative ?
- C'est un dilemme que j'essaie de comprendre. :idea: Mais je pense avoir quelques pistes de réflexion :wink:
- Il doit s'agir d'une réaction à la centralisation des pouvoirs et à la main mise de la royauté (dominium) et de l'Eglise (ecclesia) sur les paysans.
- En Norvège par exemple, le roi va tenter de prendre contrôle des ghildes de Trondheim (sa capitale) en créant une "Grande Ghilde", dont l'action la plus notable est la construction de la grande cathédrale Sainte Marie, ouvrage en pierre. Je pense y voir là la première conférie de "tailleurs de pierre".
- Pour les charpentiers de marine, Snorri Sturluson, décrit grandement une stratification au sein de la confrérie (il s'agit des ouvriers qui construisent les grands bateaux des rois de la mer, comme le "Grand Serpent" d'Olaf fils Tryggvi).
- Pour les marchands (ce qui donnera la hanse), il s'agit des félagar, une association (dont les Vikings ou les Varègues sont des formes), s'associant pour un but commun : s'enrichir et assurant à la fois le bateaux et les hommes qui font partie de l'expédition, sur une base de fraternité jurée (serment) et de partage des biens ().

Voilà donc les éléments de base pour la compréhension des guildes continentales du XIIe siècle. Les associations scandinaves que je décris plus haut datent du IXe siècle. Et donneront à la fois la guilde (celle que tu décrivais Quentin) et la hanse (lorsque l'âge des Vikings sera révolu et que les états se seront constitués en monarchies puissantes).

Autre élément de l'oecumène germanique antique : la hanse = la truste = la hirð = le compagnonnage = félagar = gildan = guilde.
Il s'agit d'éléments constitutifs du clientélisme germanique (décrit par César & Tacite): un groupe de jeunes gens armés, au service d'un chef, par le biais d'un système reposant sur le potlach, l'auxilium et le consilium (soit don contre-don, conseil et protection mutuelle)
gregory
 

Re: Info sur les guildes

Messagede gregory » Jeu Juil 22, 2010 1:43 pm

PS: les cartulaires de Charlemagne que je citais plus haut, mentionnent bien des gildan, terme germanique précis, au sein du texte latin. C'est ce terme qui désigne ces fraternités jurées. On a donc une existence de ces organisations attestée dès le VIIIe pour le monde carolingien. Et la description qui en est faite par les textes correspond parfaitement à ce que je décrivais plus haut (banquet cérémoniel + intérêt commun + serment)
gregory
 


Retourner vers Période carolingienne

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron