Une cuisson expérimentale mérovingienne

Discussions sur la période

Une cuisson expérimentale mérovingienne

Messagede Illanua » Lun Aoû 03, 2009 4:00 pm

L'idée de cette cuisson était en gestation depuis un certain temps déjà. Et puis, il s'agissait aussi de cuire les pièces décorées à la molette illustrées dasn les sujets ad hoc ou traitant des galons.

Le four, construit en automne 2008 n'avait pas vraiment été réalisé dans ce but, mais plutôt pour la cuisson de céramiques germaniques nécessitant un apport direct de combustibles dans la chambre de cuisson. Le foyer, quelque peu sous-dimensionné, avait à l'origine été prévu pour un pré-chauffage uniquement.

Les performances de l'installation paraissaient bonnes et malgré ce petit foyer, la puissance du four semblaient pouvoir suffire à une cuisson plus "classique" pour autant que ce terme ait un sens dans ce domaine de l'expérimentation.

Et puis il y a aussi quelques autres projets en cours, dont je parlerai probablement un jour, ainsi que cette curiosité personnelle qui m'incite toujours à sortir des chemins battus...

Bref, cet essai était devenu incontournable. D'autres suivront, c'est certain.

Le four utilisé pour cette cuisson est une installation à volume unique, à flammes vives donc. Il n'existe pas de séparation entre le foyer, la chambre de chauffe et le laboratoire.

Image
En fait c'est un simple puits muni d'un petit foyer débouchant dans sa partie inférieure. Une languette centrale et de petites banquettes latérales permettront de coincer les plus gros récipients de manière à ménager un passage pour le feu. Quelques morceaux de tuiles éviteront aux gobelets de tomber dans le fond du four.

Image
Le choix des céramiques à cuire avait été dicté par la nécessité de bien comprendre le comportement du four en tout premier lieu. Diverses argiles avaient été choisies pour cet essai, le résultat final devant guider la sélection finale des argiles pour le tournage des poteries mérovingiennes. En ce qui concerne les formes, Ce sont essentiellement des pots bicôniques ou globulaires, des écuelles et un pichet à bec tubulaire qui ont été choisis. Rien que de très classique pour l'époque. Quelques pièces gallo-romaines et gauloises de commande complètent l'assortiment.

La cuisson a été prévue "réductrice", et les coloris devraient se situer dans les gris clairs à sombres. Pour obtenir ce résultat, le four devra être entièrement fermé en fin de cuisson, sans être totalement étanche.

Image
Une fois l'enfournement terminé, on réalise une bonne couverture constituée de tessons et de quelques assiettes fissurées convenant parfaitement à cet usage. Et c'est la mise à feu!

Image
Il faut veiller à ne pas chauffer trop violemment au début. Quelques explosions après une demie-heure de cuisson viendront nous rappeler à la prudence...

Image
Moins de deux heures après la mise à feu, le rougeoiement apparaît sous les tuiles de couverture. On aperçoit bien une des assiettes de couverture éclatée lors des explosions qui sont précédemment survenues.

Image
Peu après, les gaz de combustion se réenflamment dès leur sortie de la couverture de tessons, et le rougeoiement s'est intensifié. Dès que la suie recouvrant la couverture s'est consumée et que les tessons ont blanchi, on peut arrêter la cuisson. 3 heures et demie se sont passés depuis l'allumage.

Image
Le foyer est obturé et scellé au torchis...

Image
Pour la charge à cuire est recouverte de terre meuble, légèrement tassée. Les gaz de combustion resteront ainsi enfermés dans le four et "brûleront" les oxydes métalliques qui donnent la couleur rouge de la terre cuite.

C'est le phénomène de la réduction, expliqué plus complètement dans cet article:

http://arscretariae.romandie.com/post/15150/140272

Puis on laisse reposer le tout pendant 24 heures...

Image
ça bourronne et ça fume tout gentiment pendant la nuit...

Image
Et le lendemain, après avoir dégagé la terre et ôté la couverture de tessons, le résultat apparaît, dans les cendres et la poussière. C'est encore très chaud, gare aux brûlures!

Image
Le résultat est bon. les pièces sont bien cuites et sonnent clair au choc. Les coloris vont du gris clair au très sombre, parfois noir métallique par endroits. Ce sont des tons assez typiques, mais pas systématiques pour ce genre de production. On trouve aussi toute une production réalisés dans des tons plus clairs, allant de l'orange au beige "bistre", résultant de cuissons oxydante réalisés sans fermeture du four en fin de chauffe.

Image
Deux pots bicôniques et un globulaire. Les décors sont réalisés à la molette. Pour les spécialistes. la molette de gauche est inspirée de la No 1 de l'atelier de Soissons, et celle de droite, constituée d'oves surmontant une ligne de points est reprise d'une découverte décente de l'atelier de Vanves en région parisienne

Image
Un pichet à bec tubulaire inspiré des productions de l'atelier de Vanves, et son décor d'oves caractéristique. La terre utilisée ici est grossière et de structure très hétérogène. C'est une argile rustique, sans préparation spécifique. Elle est pétrie, puis tournée à peine extraite de la carrière. Un peu trop grossière par rapport à la pièce originale.

Image
Quelques assiettes Alzei 9/11, copies de pièces du début du VIème siècle, portant toutes un décor moleté.

Image
Une autre vue des pièces réalisées, après nettoyage de la cendre. De petits gobelets bicôniques ont été également cuits avec succès dans cette fournée. Ces productions de petits vases à boire sont mal connues, mais en fait très abondantes, on en retrouve dans de nombreuses nécropoles, ce sont vraiment des réductions à la moitié ou au tiers des plus grandes pièces que l'on voit souvent dans les collections des musées.

Image
Et ici le résultat des explosions entendues en début de chauffe. La montée trop rapide de la température a provoqué des éclatements en "cupules de vaporisation" pour les deux pièces sombres, et une coupelle s'est déchirée et déformée sous l'excès de chaleur. Ce sont là des accidents très fréquents lors de ce genre de cuissons...

Malgré ces petites misères, l'essai est réussi, et le résultat est bon. Les céramiques mérovingiennes ne sont pas cuites à très haute température, 7 à 800 degrés généralement pour la plupart d'entre-elles. Toutefois, la technique de chauffe, assez brutale, donne souvent des résultats très irréguliers, les pièces étant surcuites en fond de fournée, et sous-cuites en surface. Celles qui sont insuffisamment cuites peuvent toujours être replacés dans la fournée suivante, mais les surcuites sont souvent irrémédiablement endommagées, fissurés ou déformés et impropres à la vente. Ce sont ces dernières que l'on retrouve aujourd'hui dans les rebuts qui jonchent les alentours des fours et les sols des ateliers de potiers.

Cet article est une version très légèrement modifiée d'un post récent sur mon blog. Vous pouvez le retrouver ici:
http://arscretariae.romandie.com/category/15150/32361
en compagnie de quelques autres envois traitant de la céramique du haut moyen-âge.
Avatar de l’utilisateur
Illanua
 
Messages: 78
Inscription: Mer Déc 10, 2008 8:33 am
Localisation: Suisse romande

Re: Une cuisson expérimentale mérovingienne

Messagede Jacques » Mar Aoû 04, 2009 7:16 am

Passionnant comme toujours.
Tu viendras à Toulouse en septembre ?
[url=http://taranis-francorum.over-blog.com/]Image
Avatar de l’utilisateur
Jacques
 
Messages: 319
Inscription: Lun Oct 06, 2008 9:11 am

Re: Une cuisson expérimentale mérovingienne

Messagede Illanua » Mar Aoû 04, 2009 8:35 am

Oui, Ce sera les 20 et 21 septembre. En principe sur l'Oppidum de Vieille Toulouse, ou aux alentours du village, mais je n'en sais guère plus pour le moment.
Dès que j'ai le programme je te le transmets ou je le publie ici si la période est aussi concernée.
Avatar de l’utilisateur
Illanua
 
Messages: 78
Inscription: Mer Déc 10, 2008 8:33 am
Localisation: Suisse romande

Re: Une cuisson expérimentale mérovingienne

Messagede Jacques » Mar Aoû 04, 2009 2:00 pm

Cool ! Je travaille juste à côté.
Tu penses que tu auras le temps de visiter Montans ?
En tous cas je t'ai pris un exemplaire de la monographie sur les poteries sigillées de Montans.
[url=http://taranis-francorum.over-blog.com/]Image
Avatar de l’utilisateur
Jacques
 
Messages: 319
Inscription: Lun Oct 06, 2008 9:11 am

Re: Une cuisson expérimentale mérovingienne

Messagede yrwanel » Mar Aoû 04, 2009 9:33 pm

m'énerve....

Il arrive à faire des trucs de ouf, des trucs superbes, et en une cuisson, il a PLEIN de machins..... :evil:

(marre de faire des loques, là....)
yrwanel
 
Messages: 150
Inscription: Mar Jan 15, 2008 11:34 pm
Localisation: Bruxelles

Re: Une cuisson expérimentale mérovingienne

Messagede Jacques » Mer Aoû 05, 2009 7:34 am

Oué chuis d'accord avec toi le talent c'est nul !
[url=http://taranis-francorum.over-blog.com/]Image
Avatar de l’utilisateur
Jacques
 
Messages: 319
Inscription: Lun Oct 06, 2008 9:11 am

Re: Une cuisson expérimentale mérovingienne

Messagede Hengist » Mer Aoû 05, 2009 4:45 pm

Magnifique comme d'hab!
Hengist
 


Retourner vers Société et culture

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron