Une cuisson de céramiques carolingiennes

Discussions sur la période

Une cuisson de céramiques carolingiennes

Messagede Illanua » Jeu Jan 08, 2009 8:34 pm

Juin 2005. Le four a mal supporté l’hiver. Suite au gel, la voûte de l’alandier s’est effondrée et la coupole s’est passablement effritée. Petites misères de potiers… Donc, on répare d’abord. Cette fois, la voûte est reconstruite sur un châssis, posée sur des pilettes latérales. La précision sera meilleure et l’ensemble plus solide.

Image

Malgré les apparences, ce n’est pas un très gros travail, deux heures à peine suffisent, et le tout est remonté. On peut lancer la cuisson. L’alandier étant encore très humide, la montée en température sera quelque peu ralentie, sans que cela soit dommageable pour les poteries.

Image Image

Le but était de cuire une série de céramiques dites « de Pingsdorf » du nom de centre potier carolingien établi autour de ce village situé un peu à l’est de Cologne, dès la fin du VIIIème siècle. Ces céramiques ont eu un grand succès et ont été exportées jusqu’en Hollande, Belgique, nord de la France et Sud de l’Angleterre. Elles ont initié le style à décor flammulé, qui sera un peu plus tard repris notamment par les potiers de Seine st.-Denis entre les Xème et XIIème siècles.

Image
Cruches, bouteilles et gobelets de Pingsdorf

Image
Vases et gobelets globulaires de Pingsdorf. Bien calibrés, ces gobelets ont la faculté de tenir debout quand ils sont vides, mais se renversent quand ils sont pleins...

Image
Cruches de St.-Denis.

La mise à feu est faite en fin d’après-midi. La nuit promet d’être belle, et l’obscurité permet un bien meilleur contrôle des températures, vérifiées à l’œil selon les couleurs d’incandescence.
Image

Ci-dessous, on voit le rougeoiement des pots en cours de cuisson.

Image

Magie des cuissons nocturnes. On voit bien la flamme d’échappement, indicateur très précieux des températures et de l’atmosphère de cuisson.

Image

Le lendemain, la collerette du four est descellée, et on peut maintenant voir le résultat par l’ouverture.

Image

Opération réussie ! pas de casse, tout est parfaitement bien venu.

Image

Les céramiques de Pingsdorf sont restées très claires, blanc cassé et les peintures réalisées à partir de barbotine d'argiles très ferrugineuses ont bien pris, avec un début de grésage. Trois pièces de St.-Denis sont issues d’une argile calcaire locale, plutôt beige clair. Quelques gobelets gallo-romains servent de témoins de comparaison. La température de cuisson s’est située entre 950 et 1000 degrés, en régime oxydo-réducteur et post-cuisson oxydante, ce qui est le fonctionnement normal d’un tel four lorsqu’on ne recherche pas une production de céramiques grises ou noires.

Illustrations des céramiques de Pingsdorf et St.-Denis tirées de:

D’Anna A. , Desbats A., Garcia D. , Schmitt A. , Verhaege F. LA CERAMIQUE, La poterie des temps néolithiques aux temps modernes. Ed Errance, Paris, 2003, ISBN 2 87772 243 0
Avatar de l’utilisateur
Illanua
 
Messages: 78
Inscription: Mer Déc 10, 2008 8:33 am
Localisation: Suisse romande

Re: Une cuisson de céramiques carolingiennes

Messagede agarwaen » Jeu Jan 08, 2009 9:33 pm

Superbes photos, et intéressantes explications :)
Ce sont aussi des modèles du type de Pingsdorf que tu penses faire prochainement ? J'en ai acheté deux à tes collègues de Mittelalterkeramik.de au dernier Pontoise... J'aime beaucoup le ton très clair qu'elles ont.
"You can get more with a nice word and a sword than you can with a nice word." (Alarik Capone, en l'an 507)
Avatar de l’utilisateur
agarwaen
Site Admin
 
Messages: 759
Inscription: Mer Oct 31, 2007 12:31 am
Localisation: Maisons-Alfort (94)

Re: Une cuisson de céramiques carolingiennes

Messagede Illanua » Jeu Jan 08, 2009 10:34 pm

Oui, entre autres. En fait les céramiques de Pingsdorf peuvent se cuire comme les cruches peintes de l'antiquité tardive telle que celles-ci, mais aussi comme la "luisante tardive" gallo-romaine. La seule différence est que pour les Pingsdorf, la peinture est plus épaisse et accentuée. Alors je peux en faire relativement fréquemment étant donné qu'elle ne demandent pas de fournée spéciale. J'en ai une de prévue fin février ou tout début mars.

Cruches tardives: http://arscretariae.romandie.com/album/15150/28095

Je vais faire aussi des essais sur des pièces bistre de Vanves et de Sevrey, dans d'autres fournées, mais ça, c'est un peu l'inconnue, je dois tester de nouvelles argiles anvant tout et cela peu prendre du temps...,Je teste aussi actuellement des pots à cuire en pâte granuleuse en cuisson sombre. La cuisson est rapide, et le résultat très rustique est intéressant. Ce sont des pichets méro alsaciens auxquels je dois encore peaufiner quelques détails, notamment le bec verseur qui est incorrectement posé:

http://arscretariae.romandie.com/resource/15150/385780

Ces pièces sont aussi cuites dans un petit four à languette, mais totalement différemment de celui illustré plus haut. Je pense faire deux ou trois fournées cet hiver, et j'en publierai certainement une ici.
Et puis j'ai bien envie de me lancer une fois dans une amphore de Badorf pour le sport. De grosses bonbonnes de 30 litres, mais ça c'est encore de la musique d'avenir
Avatar de l’utilisateur
Illanua
 
Messages: 78
Inscription: Mer Déc 10, 2008 8:33 am
Localisation: Suisse romande

Re: Une cuisson de céramiques carolingiennes

Messagede Till smidr » Ven Jan 09, 2009 4:36 pm

Respect, un maitre dans tout son art.
OMNIS VALLIS IMPLEBITUR
Image
Till smidr
 
Messages: 235
Inscription: Mar Déc 16, 2008 1:01 am
Localisation: Flandre


Retourner vers Société et culture

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron