Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Discussions générales sur la reconstitution.

Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Loran » Mar Avr 13, 2010 10:27 am

Je rebondis sur l'article de Laurent Ripart (Maitre de conférence d'histoire médiévale à l'université de Savoie) sur ce lien http://www.sabaudia.org/v2/dossiers/sav ... ublic2.php , afin de discuter de la "non-spécificité" des Burgondes ,affirmée dans cet article. Je me posais la question de la difficulté de reproduire un Burgonde en terme de costume et de matériel puisque selon l'article, il semble emprunter aussi bien au monde romain que germanique, sans matériel spécifique. N'ayant pas la date de parution de cet article, peut être que des fouilles récentes sont venues quelque peu infirmer ce discours.





Citation:

I) Le socle Burgonde (milieu Ve - début VIe siècle)
1. Une armée, pas une ethnie
A en juger par leurs sépultures, qui nous ont fourni la quasi-totalité du matériel archéologique disponible, les Burgondes de Sapaudia ne constituaient qu'une modeste armée de combattants hétérogènes, sans réelle unité culturelle et encore moins ethnique :

1) Les difficultés que les archéologues éprouvent à distinguer les tombes des Burgondes de celles des populations locales semblent montrer que les nouveaux venus étaient déjà très romanisés à leur arrivée en Sapaudia. Sans doute est-ce pour cette raison que les Burgondes se mélangèrent très vite aux populations locales, à tel point que les archéologues ne parviennent plus à distinguer les deux populations dans les sépultures du VIe siècle.

2) Les Burgondes semblent n'avoir possédé aucune civilisation originale, si l'on en juge du moins par l'absence dans leurs sépultures de tout objet d'artisanat particulier, qui serait susceptible de nous permettre d'identifier une culture autonome. La diversité de leur matériel funéraire, qui provenait tout aussi bien du fond commun du monde germanique que de l'artisanat gallo-romain, relève d'une population bigarrée, qui avait emprunté à des foyers culturels les plus divers.

3) La présence de tombes à inhumation en couple, la pratique parfois attestée de la déformation crânienne, ainsi que la présence de caractères vraisemblablement mongoloïdes dans la dentition des squelettes burgondes, constituent un ensemble de témoignages convergents qui atteste de la forte présence de populations d'origine hunnique au sein de l'armée burgonde.

Confirmant ces données archéologiques, les sources écrites tendent aussi à nous montrer que les Burgondes n'avaient d'autre unité que celle que leur avait donnée Rome, en rassemblant des combattants venus de tous horizons dans un même statut de fédérés, c'est-à-dire d'alliés cantonnés par l'empire romain sur ses frontières :

1) En 411, à l'initiative de l'empereur Justin, un premier royaume burgonde, jadis appelé " de Worms ", fut établi sur la rive gauche afin de sécuriser une frontière que les invasions de 406 avaient mis à mal. Il est douteux que les " Burgondes " ainsi installés aient eu une quelconque unité ethnique.

2) En 435, les Burgondes se révoltèrent et allèrent piller la Belgique première. Deux ans, plus tard, le patrice Aetius, fort de ses contingents hunniques, alla châtier les révoltés, dont il massacra un très grand nombre. L'épisode marqua suffisamment les mémoires collectives pour donner naissance à une tradition épique, qui fut mise par écrit vers 1200, sous la plume d'un poète inconnu de la région du Danube autrichien, dans le fameux " chant des Niebelugen ".

3) En 443, Aetius accorda son pardon aux survivants, désormais hors d'état de nuire, et les installa en 443 en Sapaudia, afin d'assurer la sécurité des routes alpines qui menaient à Rome et de contenir la poussée des Alamans. La localisation précise de cette Sapaudia a fait couler beaucoup d'encre : en dernier lieu, Justin Favrod a soutenu avec des arguments des plus solides que la Sapaudia n'aurait regroupé que le seul diocèse de Genève, qui aurait toutefois alors compris les territoires des cités de Nyon et d'Avenches.
Avatar de l’utilisateur
Loran
 
Messages: 10
Inscription: Lun Avr 12, 2010 8:58 am

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Hengist » Mar Avr 13, 2010 10:33 am

je ne suis pas surpris....
Hengist
 

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Loran » Mar Avr 13, 2010 10:38 am

Hengist a écrit:je ne suis pas surpris....

Par l'article de Laurent Ripart ou par la non spécificité des Burgondes :D je blague
Donc ce qui serait le mieux à faire lorsqu'on souhaite représenter une troupe Burgonde, c'est quelque part de ne pas avoir une réelle unité vestimentaire ainsi que matérielle, mais emprunter aussi bien aux Alamans, Francs qu'aux Romains et Huns
Dernière édition par Loran le Mar Avr 13, 2010 10:52 am, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Loran
 
Messages: 10
Inscription: Lun Avr 12, 2010 8:58 am

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Hengist » Mar Avr 13, 2010 10:48 am

Par la non spécificité des Burgondes... Nous avons rencontré le même problème avec les saxons et anglo-saxons....
http://www.musee-itinerant.org/site/spip.php?article12
Hengist
 

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Loran » Mar Avr 13, 2010 10:59 am

Nous avons donc affaire à une espèce de brassage de différentes ethnies, ne reste alors que le nom donné, pour un territoire particulier, afin de définir le peuple habitant la zone, si je comprends bien.
Avatar de l’utilisateur
Loran
 
Messages: 10
Inscription: Lun Avr 12, 2010 8:58 am

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Faera » Mar Avr 13, 2010 11:01 am

Moi je trouve que cette non spécificité en est déjà une en soi...
Après, je ne pense pas qu'il faille tomber dans l'excès inverse et faire du syncrétisme à tout-va...

C'est pour ça que trouver une tombe semble encore le meilleur moyen de ne pas partir dans tous les sens... Alors après, certes, pour le côté textile, ça ne résout pas les problèmes, mais là, on a quand même une vague idée... :wink:

edit : Bah tu sais Loran, à la base, les Burgondes sont arrivés là parce que les Romains avaient besoin de quelqu'un pour garder la frontière... Ils ont quand même des origines germaniques bien présentes encore, surtout pour la période qui nous intéresse (fin 5-début 6), la génération à crânes déformées n'est pas si loin... :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Faera
 
Messages: 184
Inscription: Dim Avr 27, 2008 10:52 pm

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Loran » Mar Avr 13, 2010 11:06 am

Faera a écrit:Moi je trouve que cette non spécificité en est déjà une en soi...
Après, je ne pense pas qu'il faille tomber dans l'excès inverse et faire du syncrétisme à tout-va...

C'est pour ça que trouver une tombe semble encore le meilleur moyen de ne pas partir dans tous les sens... Alors après, certes, pour le côté textile, ça ne résout pas les problèmes, mais là, on a quand même une vague idée... :wink:


Oui c'est certains, dommage qu'il y ai moins de tombe d'homme que de femme :wink:
Avatar de l’utilisateur
Loran
 
Messages: 10
Inscription: Lun Avr 12, 2010 8:58 am

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Warulfe Garoux » Mar Avr 13, 2010 11:28 am

Pour moi les seules spécificités burgondes sont celles induites par l'artisanat indigène locale. Tel les scram à double tranchant, les fauchards et les plaques boucles à motif chrétien. J'applique cette théorie pour mon personnage depuis 3ans. Même si ils ne pratiquent pas l'inhumation habillé, les burgondes pratiquent l'inhumation à offrande, c'est le cas de la nécropole de Monnet la ville où je restitue la tombe 20.
Warulfe Garoux
 

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Illanua » Mer Avr 14, 2010 1:08 pm

la spécificité des déformations crânienne n'avait pas encore totalement disparu, quelques tombes ont été retrouvées en Suisse romande. Mais il est bien clair qu'ils étaient tout à fait "romanisés" lorsqu'ils sont arrivés en Sapaudia. D'ailleurs, je ne sais plus si c'est aux temps du royaume de Worms, ou même avant, ils se présentaient comme "les meilleurs des Romains".
Mais il faut aussi relativiser cette romanisation. .
Ce que nous considérons, en 476, comme la fin de l'empire d'Occident n'a pas été perçu comme tel par les populations de l'époque. le petit peuple n'avait depuis longtemps plus conscience ou presque d'appartenir à une telle entité, et, au contraire, les grandes familles sénatoriales ou princières continuèrent comma avant à se nourrir de culture classique, à faire fonctionner l'administration "romaine". Le Sénat des Gaules fonctionnera ainsi jusqu'en plein VIIème siècle. Et Chilpéric Ier continuera à administrer ses territoires avec les titres de Magister Militum. A la mort de Majorien, en 461, il avait même reçu l'impérium, qui lui conférait tous les pouvoirs civils et militaires sur l'ensemble des populations des territoires qu'il gérait. Son fils, Gondebaud, qui lui succédera vers 475 recevra une éducation très raffinée à la cour de Ravenne, et recevra les mêmes titres après son avènement, mais de l'empereur de Constantinople...
Donc pas trop de souci pour les spécificités. Les tombes de Suisse romande livrent un mobilier en tous points semblables aux tombes alamanes ou franques de la même époque, avec leurs spécificités régionales, scramasax à un seul tranchant par exemple.
Avatar de l’utilisateur
Illanua
 
Messages: 78
Inscription: Mer Déc 10, 2008 8:33 am
Localisation: Suisse romande

Re: Les Burgondes sans unité culturelle, ni ethnique?

Messagede Warulfe Garoux » Mar Avr 27, 2010 8:08 pm

D'après les anthropologues, la déformation crânienne, de certaines sépultures Burgondes, serait dû au rattachement d'une communauté hunique au peuple Burgonde lors de leur migration.
Warulfe Garoux
 


Retourner vers Débats

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron