Question sur la technique de l'acier de Damas

Re: Question sur la technique de l'acier de Damas

Messagede Warulfe Garoux » Sam Jan 16, 2010 5:05 pm

Donc Warulfe si je comprends bien le damas est effectivement de meilleure qualité mais le prix, et la difficulté à la produire est tellement significatif qu'à partir du moment où l'on découvre une technique pour produire plus rapidement on l'utilise en série c'est ça?

Pour la période qui nous intéresse, la fabrication des épées corroyées est une technique commune qui associe à la fois souplesse et résistance. La souplesse est assuré par un acier peu carboné et la résistance par un acier avec un taux de carbone suffisant pour que le tranchant ne marque pas trop. Si, pour le tranchant, tu prends un acier trop proche du fer, tu auras un couteau à pain; si tu prends un acier trop dur (comme la fonte) l'épée se brisera comme du verre. le corroyage est donc un mélange subtile entre ces 2 matériaux de manière à arriver à un bon compromis. Vers le 11e siècle, les technique de fonte de minerai, permettent d'avoir un taux de carbone rectifiable à la forge. En effet plus tu chauffes ton acier et plus tu tapes dessus plus le taux de carbone baisse. C'est la calamine que tu as sur ton enclume après chaque chauffe et frappe. Ce qui fait que tu peux te passer de mélanger 2 matériaux puisque tu arrives à ce moment là, à avoir un acier suffisamment Dur pour résister et pas trop pour qu'il ne casse pas. Ce sont les fameuses forges "dites à la catalane", avec l'arrivé de la force hydraulique, qui changeront le mode de production.
Warulfe Garoux
 

Re: Question sur la technique de l'acier de Damas

Messagede Gontran » Lun Jan 18, 2010 9:00 pm

Pour commencer, il faut faire la différence entre acier corroyé et acier damas.L’acier damas est un acier oriental principalement forgé au moyen orient, dont la ville de Damas étaient sont pôle commercial, d’où le nom de l’acier. La particularité de l’acier damas sont ses motifs, qui sont dues a une non homogénéisation de l’acier, c’est a dire que l’on aura des zones plus ou moins carburées dans l’acier et après une révélation à l’acide, les parties carburées noircisse, et les parties moins carburées restent blanches.

Les celtes qui utilisaient la technique de l acier corroyé pour leurs épées prenaient un lingot d’acier corroyé et y soude des tranchants en acier pur.
Je tiens a rappeler que le fer est souple mais tendre, et l acier est dur mais cassant.Le fait d'additionner ses deux métaux permet d’obtenir une âme d'épée souple et rigide à la foi, une sorte de ressort. Par sa mollesse, le fer va également absorber une partie des chocs durant un combat par exemple, et le fait de rapporter des tranchant en acier pur à l épée, va lui permettre d'avoir un excellent pouvoir de coupe sans émousser en conséquence la lame.Les épées celtes, sont en quelque sorte les ancêtres des épées germaniques.

Pour les épées germaniques ,on se rapproche de cette technique, mais avec une évolution sur les caractéristiques mécaniques de la lame, mais aussi esthétique.
La première étape de forgeage de cette épée, est de faire deux à quatre barreaux d acier corroyé de quatre, sept ou neuf couches et torsadés, puis forgeage des tranchants dans de l'acier soudure de l'ensemble, afin de constituer l'épée.

Voila en gros pour les techniques, concernant les épées au XII eme, elle existe encore et la technique ne disparait pas. Par définition lorsque que l'on sort du metal d'un bas fourneau , afin de faire le trie entre le métal et les scorie, on l'épuré et donc on passe par les étapes du corroyage. Nos fameuses épées celtes. technique qui perdure haut moyen age, certes la technique du torsade n'est plus appliquer. Ses épées composite ne sont pas abandonner, mais la necessite a de fabrications de masse, répond a d'autre besoin. Et ses épées même si elle sont moins complexe qu'une épée germanique au sens large reste l'apanage des riches. Mais la techniques et ses épées ne disparait pas.

Je tient a rappeler comme certains l'on signalés que le forgeage d'une épée corroyer, nécessite du temps et surtout beaucoup technique, ce n'est pas une fabrications qui est donne a tout le monde et ce a toute époque. Bien que la technique aide aujourd'hui le forgeron moderne. Ne pas oubliez aussi les trempes et normalisations qui interviennent a la fin du processus et qui sont la aussi des domaines très techniques et doivent être réalisés parfaitement, sous peine de se retrouver avec une épée qui ne sert a rien.

Concernant le prix de ses lames, elle est justifie donc par l'utilisation des matières premières et la techniques de fabrication. Quand a la différence avec les aciers modernes aucune. Les épées en acier corroyer possèdent les mêmes caractéristiques techniques que nos acier modernes voir même supérieur dans certains cas. Les études effectuer par le Musée du Fer de Jarville et par un certain nombre de musée notamment au Danemark et a travers le monde, le prouve sans aucun problème.
Gontran
 
Messages: 61
Inscription: Ven Sep 19, 2008 10:19 am

Re: Question sur la technique de l'acier de Damas

Messagede Gontran » Lun Jan 18, 2010 9:01 pm

SI je me suis trompe sur certains détails techniques l'alaman ne manquera pas de me corriger.
Gontran
 
Messages: 61
Inscription: Ven Sep 19, 2008 10:19 am

Re: Question sur la technique de l'acier de Damas

Messagede Quentin » Jeu Jan 21, 2010 10:50 am

Merci beaucoup avec ces éléments je comprends mieux ceci, maintenant je sais pourquoi un truc aussi joli et d'aussi bonne qualité m'est accessible et pourquoi il restera un fantasme :lol:
Image
Avatar de l’utilisateur
Quentin
 
Messages: 720
Inscription: Mar Sep 01, 2009 9:55 pm
Localisation: Belgique, Louvain-la-Neuve

Re: Question sur la technique de l'acier de Damas

Messagede Gontran » Dim Jan 24, 2010 6:00 pm

De rien pour les infos. C'est sur que ce n'est pas donne, mais bon comme a l'époque les reproductions de qualités des pièces d'époque qui est elle aussi était de très bonne qualité se mérite.
Maintenant rien empêche de faire une copie en acier simple d'une épée en damas, si la copie est "parfaite", c'est a dire pas d'approximation de taille ou autre ou une pseudo forme de la pièce, un véritable fac similé, qui respecte les autres matériaux utilisé ou le plus proche possible.
A ce moment on peut justifier une très belle pièce en expliquant que pour des raisons financières on a pas put faire une repro en damas. Le damas certes permet d'obtenir un fac similé impeccable, mais il est vrai qu'il n'est pas a porter de toutes les bourses.
Gontran
 
Messages: 61
Inscription: Ven Sep 19, 2008 10:19 am

Précédente

Retourner vers Période carolingienne

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron